batman_afficheBatman
Film de Tim Burton (1989)

Avec
Mickael Keaton
Jack Nicholson
Kim Basinger

Durée: 2h05
Distribution: Warner Bros


Cette critique a été réalisée par Nicolas qui renoue donc avec les critiques extérieures qui sont toujours de bonne qualité.


 

Gotham City est une ville où il ne fait pas bon vivre. En effet celle-ci est en proie à la pègre jours et nuits. La bande à Carl Grissom (Jack Palance) ainsi que son bras droit, Jack Napier (Jack Nicholson), y dictent leurs lois. Mais c’est sans compter sur un mystérieux justicier masqué : Batman (Michael Keaton, vivement critiqué par les fans car il ne correspondait pas aux critères physiques de l’imaginaire collectif). Une nuit lors d’un casse, Jack se fait piéger par son boss Carl en le menant dans un guet-apens. Batman est aussi de la partie, et c’est par accident qu’il pousse…heu… qu’il fait tomber Napier dans une cuve d’acide, le Joker est alors né ! Parallèlement, Batman enfile son costume de Bruce Wayne, riche playboy de Gotham, et une histoire d’amour avec la journaliste Vicky Vale (Kim Bassinger) va commencer.

 

Ce film fut un triomphe cinématographique, et ce n’est pas pour rien. Le film à certes vieillit, il n’en reste pas moins l’une des meilleurs adaptations du comics créé par Bob Kane et Bill Finger en 1939. Tim Burton nous signe une œuvre Gothique, pleine de créativité et même drôle. On y retrouve la période sombre du chevalier noir, et oui il y a eu aussi des périodes Kitchs et moins dramatiques voire même catastrophiques (nous ne citerons pas Batman et Robin, ce serait déplacé !). La ville de Gotham y est merveilleusement recréée, adaptée et modelée par Tim Burton. Jack Nicholson nous offre une interprétation du Joker très juste et cela bien avant le Joker de Heath Leeger dans The Dark Knight.

 

Du point de vue de l’intrigue, on y retrouve pas mal d’idées de la BD. Tout ce que fait le Joker en vient directement. Son humour noir, ses apparitions TV (que l’on retrouve dans Batman La Série Animée des années 90) et son fameux poison qui laisse un rictus grimaçant sur ses victimes mortes de rire ! Nous y retrouvons bien des gadgets de Batman, avec entre autre le Bat-Grappin pour lequel il faut bien lire la notice avant utilisation : Kim Bassinger est presque trop lourde et pèse probablement plus de 64kg (Dixit Batman). La Batmobile est resplendissante, remplit à toc de gadgets elle aussi.

 

Batman_pics
Toutefois – car il faut bien trouver des points négatifs à tout ça – la pègre de Gotham n’est peut être pas assez présente et laisse bien trop de place au Joker pour un duel avec Batman. L’histoire s’attaque aussi au principal trouble de Bruce Wayne : la mort de ses parents. Mort qui lui fit péter complètement les plombs à tel point qu’il se déguise en chauve-souris toutes les nuits (Bon à être enfermé dans l’asile d’Arkham).

 

Ce film reste à classer parmi les meilleurs films de Burton, même si le deuxième opus est encore meilleur, et fait partie des adaptations du Chevalier Noir les plus réussies. Il a tout ce qu’il faut pour être un très bon film de super héros : un scénario, un univers, des personnes complexes ainsi qu’un des meilleurs réalisateurs hollywoodiens. 

 

****