Le_joli_coeur_affiche

Fiche technique:

Le joli coeur
Film de Francis Perrin (1984)

Avec
Francis Perrin
Cyrielle Claire
Sylvain Rougerie

Durée: 1h26 - Distribution: CAPAC

Franck (Francis Perrin) est passionnant. Il passe son temps à faire du scooter (sans casque, pas bien), drague tout ce qu'il peut et joue les guide touristiques à blagues idiotes dans Paris. Son pote (Sylvain Rougerie) n'arrive pas à draguer et demande donc à Franck de pécho à sa place. Admis à l'hôpital suite à quiproquo idiot (encore), Bernard tombe amoureux d'un médecin (Cyrielle Clair) et charge comme d'habitude Franck de la séduire mais celui-ci tombe amoureux (surprenant, non?) et essaye par tous les moyens de se faire remarquer.

A l'époque où fut tourné ce film, les comédies franchouillardes disparaissaient doucement mais sûrement. Elles tentaient un dernier sursaut en se centrant sur un acteur à la mode; Ainsi, Aldo Maccione, Jerry Lewis et même Michel Leeb ont eu le droit à leur comédie, et ce ne fut pas toujours une réussite.
Ce film de et avec Francis Perrin n'échappe pas à la règle. Francis Perrin fait son show et ça, on pourrait lui reprocher. En effet, on ne voit que lui, il en fait des tonnes et quand celui-ci s'absente de l'écran pour passer derrière la caméra, les autres acteurs sont comme pris d'une frénésie et jouent n'importe comment, dans un concours échevelé de surjeu. Les seconds rôles passant en arrière-plan ne sont de toute façon pas très bons, Sylvain Rougerie est caricatural et Cyrielle Clair ne sait même pas jouer.

La réalisation est à l'avenant: le manque de rythme crasse du film finit de le plomber totalement, perdu dans des blagues complètement idiotes, des running gags insupportables (La blague du loup et de l'escalope - au secours - ou encore Le sidi Brahim 83). Seuls quelques gags sont à sauver comme le running du café (c'est vulgaire... mais je suis vulgaire) ou encore les quelques apparitions d'un Laspalès, pas mal en boulanger cocu.

le_joli_coeur_image

Consternation

La dernière demi-heure est exaspérante, Francis Perrin qui joue les tarés / les gaffeurs / les dragueurs de supermarchés (ne rayez pas de mentions inutiles, il n'y en a pas). C'est épuisant et irritant, même la scène de baston placée à la fin est trop lente et caricaturale pour permettre ne serait-ce qu'un sourire. La scène de fin est entièrement déconnectée du reste du film et défie toute logique. Cela ressemble à un rush collé au bout, histoire de dire que le film se termine. A fuir

°