Safari_afficheSafari
Film d'Olivier Barroux (2009)

Avec
Kad Merad
Lionel Abelanski
Valérie Benguigui

Durée: 1h46 - Distribution: Pathé

 

Richard Dacier (Kad Merad) organise des voyages mirifiques au fin fond de l'Afrique afin de pouvoir observer des grosses bébêtes qui font peur quand elles sont en liberté. Pour tout dire, ce n'est pas vraiment lui qui fait le safari mais Bako (Greg Germain) pour cause de grosse peur inexpliquée au début du film par rapport à la savane, Richard ne fait qu'organiser la billeterie. Malheureusement pour lui, il est joueur et après avoir perdu une partie de poker, le mafieux du coin (Nicolas Marié) l'oblige à apporter une mallette mystérieuse à l'autre bout de l'Afrique pendant que Bako reste sagement près de lui dans sa nouvelle qualité d'otage. Richard va alors traverser l'Afrique avec une bande de touristes qui ont tous un secret à cacher (mais pourquoi donc?) et le bras droit du mafieux Ralph Becker, alias Jean Jean Jean (Frédéric Proust) et vont vivre des moments fort intéressants.

Bien que l'idée du film soit plutôt alléchante, on s'inquiète forcément dès le début du film car la mise en place est plutôt brouillonne. Chaque personnage a pour ainsi dire sa place à tenir. Kad Merad joue le trouillard et les cinq touristes essayent à tout prix d'être mystérieux car un secret est derrière chacun. Heureusement, le but du film n'est pas là, les secrets sont progressivement dévoilés (certains sont très ingénieux mais je ne vous dirai pas lesquels, d'autres sont d'une logique absolue et dès lors assez décevants) et on peut profiter d'un paysage merveilleux, à couper le souffle, qui donne envie en cette période de vacances de Pâques de prendre le premier avion pour aller au Kenya.

Les acteurs s'éclatent et ça, c'est très important. On retrouve une pléiade d'habitués des seconds rôles plutôt brillants avec en tête le sympathique Guy Lecluyse mais également la toujours décalée Frédérique Bel, Lionel Abelanski ou encore Valérie Benguigui qui hérite plus souvent qu'à son tour de très bonnes répliques car c'est là que le film marque un point. On a effectivement des dialogues inventifs, drôles, audacieux et souvent touchant intelligemment leur cible, c'est à dire nous. A noter également les apparitions plutôt réussies d'Omar Sy dans un rôle de putschiste québécois ou encore Yannick Noah en chef de village plus ou moins délaissé par les technologies.

 

Safari_pics
Saga Africa

 

Même si le film multiplie les situations répétitives ce qui donne quelquefois une impression de longueur, on ne peut qu'applaudir à cette vraie réussite comique, dans un style très différent de Mais qui a tué Pamela Rose ou d'Un ticket pour l'espace. L'ensemble pointe d'ailleurs vaillamment vers la poésie avec le personnage de Lionel Abelanski et ne tombe jamais véritablement dans la caricature niaise grâce à des situations intelligentes et rafraichissantes. C'est un autre style mais c'est loin d'être mauvais. C'est un lieu commun de le dire mais en cette période de crise, ça fait plaisir.

****