la_cite_de_la_peurLa cité de la peur (1994)

Film d'Alain Berberian

Avec
Chantal Lauby
Alain Chabat
Dominique Farrugia

Durée: 1h39 - Distribution: Telema / Le studio Canal

Je ne pouvais pas décemment parler de cinéma sans aborder ce film merveilleux qu'est "La cité de la peur". J'ai failli me pisser dessus la première fois (excusez pour ce manque d'élégance) ainsi que la deuxième, la troisième et même les autres. L'histoire est celle d'Odile Deray (splendide jeu de mots), attachée de presse, qui doit défendre un film complètement pourri, "Red is dead". Le hasard fait qu'une série de meurtres va frapper les différents projectionnistes du film. Elle aura les se rvices de Karamazov afin de protéger Simon, l'acteur principal et un peu crétin, amateur d'abats (les morceaux de viande, pas le groupe...).

Cette comédie policière totalement loufoque est peut-être le film le plus réussi que je connaisse, le plus abouti dans la drôlerie. Tout est bon... comme dans le cochon. Beaucoup d'autres films ont lorgné sur les gags présents dans l'Oeuvre (oui, je mets une majuscule) mais aucun ne lui arrive à la cheville. Les références cinématographiques existent: "Pretty woman", "Terminator" ou encore "Basic Instinct", les clins d'oeil aux procédés filmiques également. En effet, rappelez-vous du long (trop long?) ralenti sur les marches du festival de Cannes ou encore de l'ellipse à Vera Cruz. Les seconds rôles sont eux aussi très bien menés pelle-melle par Valérie Lemercier en veuve joyeuse et bien sûr Le splendide Gérard Darmon dans le rôle du commissaire Bialès.

Le meilleur du meilleur c'est que, vous savez quoi? Il y a un scénario! Oui, un vrai scénario qui se tient même s'il s'agrémente de moments totalement dingues et emprunts de non-sens comme on en fait hélas plus. Les références se multiplient avec beaucoup d'intelligence et le film ne connaît à aucun moment de coups de mou, ce qui est appréciable.

La_cit__de_la_peur_pics
SECU (Il faut avoir vu le film en fait pour comprendre,
Ah mais faites un effort aussi...)

Les gags sont fin ou pas fins, les dialogues itou ("Vous voulez un whisky?" - "Oh, juste un doigt" - "Vous voulez pas un whisky d'abord?") mais le tout est remarquablement réussi. Tout y est intéressant et l'on découvre encore des détails même après une quarantaine de visionnages (Si vous regardez bien "Red is dead", vous verrez un chat encastré dans le mur) et l'on prend toujours plaisir à revoir les quelques célébrités comme Dominique Besnehard, Dave ou Pierre Lescure qui apparaissent dans le film.

C'est une merveille, revoyez-le et apprenez les dialogues par coeur.

*****