L_entente_cordiale_afficheL'entente cordiale
Film de Vincent de Brus (2006)

Avec
Daniel Auteuil
Christian Clavier
François Levantal

Durée: 1h33 - Distribution: Warner Bros

 

François de la Conche (Christian Clavier) est un châtelain, ex-diplomate, qui a fricoté avec les services secrets il y a quelques années, reprend du service afin de récupérer une obscure puce qui permet de faire d'un soldat une arme surpuissante. Le méchant georgien qui a la puce ne veut parlementer qu'avec La Conche, celui-ci ne parlant pas le georgien (alors pourquoi le terroriste a t-il confiance en lui puisque la barrière de la langue les a empêché de se parler???), il va se retrouver avec un interprète, Jean-Pierre Moindreau (Daniel Auteuil), avec qui il va arriver des monceaux d'aventure dans la belle ville de Londres.

Voici l'exemple-type du film qu'on attendait comme un gentil ratage et qui ne nous déçoit en aucun cas du voyage. C'est pas très bon, loin de là et c'est émaillé d'un nombre impressionnant de lieux communs. Des imbroglios clairement visibles à quelques kilomètres, une réflexion rase-mottes (oui, je sais, c'est une comédie, mais un peu de cohérence ne nuit pas) et quelques rebondissements moyennement drôles et sauvagement caricaturaux.

La réalisation est assez surprenante car elle rappelle le travail rappelle furieusement celui de Jean-Marie Poiré. Des plans courts et rapprochés, un rythme échevelé... mais ce n'est pas Poiré... Alors Hazanavicius? Utilisation de plans plutôt à la télé qu'au ciné avec découpage de plans et joujou avec la table de mixage? Non plus, il s'appelle Vincent de Brus et a une filmographie assez limitée (il a aussi réalisé "L'antidote" avec le même Christian Clavier) autant que son inventivité donc.

L_entente_cordiale_pics
Le dur métier d'agent secret...

Côté acteur, le projet est clair. Pas de place pour les seconds couteaux sauf peut-être le supérieur hiérarchique de La Conche (joué par François Levantal, pas mauvais du tout) pour que Clavier et Auteuil puisse faire leur numéro. Si Daniel Auteuil s'en sort très bien malgré le fait qu'il grossisse quelquefois un peu le trait, Clavier fait du Clavier, c'est à dire du rire bas de gamme aux accents bourgeois stéréotypés et à l'humour hystérique. Il n'est jamais crédible en diplomate, encore moins en agent secret et a tendance à plomber totalement un film qui aurait pu être moins mauvais dans la mesure où les dialogues ne sont pas toujours catastrophique et où l'intrigue surnage quelquefois. Un ratage donc, nous sommes aux portes du nanard mais pas complétement, l'ennui n'est pas là assurément mais la déception si.

*