Madame_Edouard_afficheMadame Edouard
Film de Nadine Monfils (2003)

Avec
Michel Blanc
Didier Bourdon
Dominique Lavanant

Durée: 1h37 - Distribution: Noé Productions

Dans une petite ville de Belgique, un serial killer bute des jeunes filles qu'il abandonne derrière des tombes d'amateurs d'art. Le concept étant particulier, le commissaire Léon va enquêter afin de résoudre ce mystère. Il évolue dans un univers singulier peuplé de personnages hauts en couleur. Ainsi, on croise une pute alcoolique à la répartie cinglante (Dominique lavanant), une secrétaire excentrique (Josiane Balasko), la mère du commissaire (Annie Cordy) fan d'objets-cadeaux hideux très moches dont un battant de toilettes qui laisse découvrir quand on livre une photo peu flatteuse... d'Annie Cordy. Le personnage le plus surprenant est Irma (Didier Bourdon), un travelot ménager qui retrouve sa fille.

Voici une histoire très intéressante et même originale qui mèle un polar plutôt classique et une forte de dose de surréalisme. Les quelques premières minutes accrochent véritablement tant l'accroche est surprenante. Michel Blanc a un rôle juste et passionnant. D'un autre côté, Didier Bourdon, époustoufflant, joue un rôle quelque peu désenchanté d'un père qui a changé d'identité sexuelle mais dont le destin va basculer. Seulement, les deux histoires parallèles se freinent mutuellement tant le rapport entre les deux met du temps à s'installer. Pire, le film tend à perdre du rythme et de la logique avec une dérive vers un sens de l'absurde déguisé qui rend l'histoire quelquefois indigeste.

C'est bien le seul défaut, certes assez important, de ce joli film servi par des acteurs avec un Michel Blanc au mieux de sa forme en tête qui joue donc ce commissaire flegmatique mais tous les seconds rôles sont intéressants jusqu'au clin d'oeil de retrouver dans le rôle du corbeau au téléphone un certain Bénabar qui signe également la BO de ce film.

Madame_Edouard_pics
Fashion victim

Et là aussi, c'est le point fort de ce film. En effet, la BOF colle parfaitement à l'ambance de l'intrigue qui tire presque à certains moments dans l'exhibition de foire avec des personnages à la psychologie tortueuse même si au premier regard, on ne le remarque peut-être pas. Le personnage joué par Dominique Lavanant par exemple, mais aussi celui d'Andréa Ferreol qui est en quelques sortes son adversaire, cache une tristesse et une lassitude merveilleuse. C'est la logique de ce film charmant et décalé dont la note est originale et drôle. une curiosité.

****