Arac_Attack_afficheArac Attack les monstres à huit pattes
Film d'Ellory Elkayem (2002)

Avec
David Arquette
Kari Wuhrer
Scott Tera

 

Durée: 1h38 - Distribution: Warner Bros

Joshua vend des arraignées exotiques mais celles-ci ont malheureusement connu les affres de la mutation génétique à cause d'un méchant entrepreneur certainement (comme ici) mais aussi d'un chauffeur qui a voulu éviter un lapin et qui dès lors a déchargé par accident un fut toxique (le chauffeur pas le lapin, suivez un peu voyons!) C'est un gamin malicieux (Scott Tera) incompris de tout le monde - sa mère y comris (Kari Wuhrer) - et seul qui va se rendre compte du drame, il va être aidé par Scott (David Arquette), le fils prodigue du coin qui revient après dix ans d'absence. L'ensemble de la ville va donc être envahie progressivement par des arraignées tueuses qui vont pousser les habitants jusqu'à un centre commercial pour l'assaut final.

Cette production Warner Bros (car Warner fait aussi dans la série B avec des acteurs peu connus) est plutôt alléchante sur le papier. Je ne sais pas si vous avez un peu détaillé l'affiche mais l'ensemble est particulièrement grotesque. Surtout, notre ami David Arquette (le frère de Rosanna) qui n'a pas été gâté par le graphiste. Nous sommes donc face à un film d'horreur à base d'arraignées mutantes qui bouffent les gens, les bouledogues, les chats, les autruches (d'ailleurs le réalisateur a quelque chose avec le découpage d'animaux) et tout ce qui peut leur passer par les papattes. Premier indice donc pour comprendre le but du film.

Voici un deuxième indice: Cela peut paraître dommage que le scénariste ne se soit pas véritablement cassé la tête en ce qui concerne les personnages. On est dans le stéréotype comme rarement: le gamin intelligent et mignon qui résout l'enigme, la soeur en pleine crise d'adolescence (interprétée par Scarlett Johansson, si, si!), la mère flic qui les regarde grandir, secrètement amoureuse du baroudeur de retour et le maire qui est une vraie saleté. Plus calibré, on ne peut pas. Les protagonistes d'Arac Attack ont tout droit l'air de sortir d'un téléfilm de l'après-midi pour TF1. De ce côté-là, c'est complètement inintéressant. Seul l'animateur-radio prophétique est plutôt pas mal quoique son utilisation ne soit pas d'une originalité folle, n'empêche, il est véritablement décalé, tout comme le film. Mais tous ces personnages fadasses cachent quelque chose voyons... Quelque chose de plus intelligent qu'il n'y paraît.

Arac_Attack_pics
Collection automne/hiver 2009

Bien que les scènes suivent un rythme quelconque au début, dommageable pour ce genre de film mais le but est ici de rendre un hommage appuyé à toutes les séries B des années 70 et 80 spécialisées dans l'insecte mutant et la bestiole tueuse d'hommes comme Arachnophobia, Les Fourmis ou même Les dents de la mer. On pense également à Des serpents dans l'avion mais en toutefois moins déjanté. N'empêche, quelques scènes sont plutôt réussies après un début de film un peu lent et hésitant. La scène de poursuite avec les motos est très convaicante et à  partir de cette scène, l'action et les personnages s'installent progressivement avec beaucoup de bonheur.

L'ensemble, convenons-en, est plus drôle qu'effrayant comme les Gremlins mais Arac Attack est une série de clins d'oeil de genre: la difficulté d'utiliser ces clés au moment propice (comme au début de La cité de la peur) revient trois fois, le zigouillage de petits animaux, prémices de dégâts humains plus graves et plus étendus ou encore le rassemblement de toute la population pour la scène finale (comme dans pas mal de vieux films et même dans des films plus récents comme The Mist.) Tout est tourné en dérision avec beaucoup de bonheur (même une scène d'amour pilonnée par l'un des deux protagonistes) on pourrait juste regretter que le film mette un peu de temps à démarrer. C'est une bonne surprise.

****